S’accepter ou se changer ?

Faut-il s’accepter tel que nous sommes ? Est-ce que changer signifie ne pas s’accepter ? On peut se poser la question de la compatibilité de ces 2 mots. Doit-on changer pour réussir à s’accepter, ou s’accepter pour changer ? Et finalement qu’est-ce que veut vraiment dire s’accepter ? Et comment y arriver ? C’est le sujet de cet article que je vous propose aujourd’hui.

L’acceptation

L’acceptation peut être mal perçue. On peut se dire que tout accepter c’est le meilleur moyen de ne pas se battre. Mais l’un n’empêche pas l’autre. Sa définition: « Accepter la situation, c’est d’abord conscientiser et accueillir qu’on est dans la résistance. Ensuite, on avance vers l’acceptation par l’accueil des émotions souffrante déclenchée par cette réalité. »
Accepter ne veut donc pas dire baisser les bras, mais s’autoriser à ressentir pour avancer. Personne ne peut contrôler la météo, à quoi bon se battre contre le vent et la pluie ? C’est une perte d’énergie. Il est plus simple d’accepter le temps et l’émotion qu’il réveille, en se disant ensuite que la pluie est nécessaire à la nature et que le soleil reviendra. L’acceptation c’est donc accueillir ce qu’on ne peut pas changer. Comme par exemple sa famille, ses sentiments, sa personnalité… Mais c’est aussi s’autoriser à changer ce qui peut l’être.

Le changement

Le changement comme l’acceptation n’a pas toujours bonne réputation. Changer c’est souvent mal vu: « Tu as changé dis dis donc! ». Pour bien comprendre ses différentes perception voici 3 définitions du changement :
1. « État de ce qui évolue, se modifie »
2. « Fait de ne plus être le même »
3. « Quitter une chose pour une autre. »

Évoluer et modifier sont 2 verbes synonymes de changer. Pour autant, ils ont une connotation plutôt positive car ils insinuent qu’on ne renie pas sa base. Evoluer en grandissant c’est normal, tout comme voir son corps se modifier avec la grossesse.
En revanche avec la deuxième et troisième définition, on parle de quitter et de ne plus être le même. Ici le sous-entendu est plutôt négatif car on vient rayer de la carte tout ce qui était avant. C’est souvent ce qu’on imagine quand on dit que quelqu’un a changé. Parce qu’il ne correspond plus à l’image qu’on avait de lui.
Finalement la perception du changement dépend entièrement du regard qu’on lui porte. Si vous en avez peur, c’est que vous trouvez du réconfort dans le sentiment de sécurité que donne le contrôle et la permanence. En revanche si vous embrassez le changement, c’est que vous avez conscience que la vie n’est faite que de mouvement.

« Le meilleur moyen de passer à côté
de sa vie est de préférer les plaisirs
qui viennent de l’habitude
à ceux que donne le changement. »
Michel Lejoyeux.

S’accepter pour changer

La case départ sera toujours celle de l’acceptation, que vous ayez envie de changer ou non. Il est nécessaire de commencer par accepter sa nature, son corps, son être, avant d’enclencher le changement. Si vous cherchez à vous aimer grâce au changement, il y a de grandes chances que le résultats ne soit pas à la hauteur de vos attentes. Parce qu’on ne peut pas se changer entièrement, uniquement certains aspects. Donc vous ne pourrez jamais vous aimer entièrement et inconditionnellement en comptant seulement sur le changement. C’est pourquoi il est important de commencer par s’accepter.

Quand on s’accepte, on peut tout à fait s’aimer et ne pas chercher à changer. C’est d’ailleurs ce qu’on imagine souvent. Si quelqu’un dit accepter son corps tout en ayant fait refaire son nez, ça ne semble pas compatible pour tout le monde. Mais s’accepter peut aussi dire s’aimer et vouloir changer. Ça peut se traduire par s’accorder plus de temps, s’enrichir culturellement, pratiquer le développement personnel, faire du sport, avoir des ornements corporels…

Oui, vouloir se changer quand on s’aime, c’est vouloir s’aimer encore plus.

  • On peut aimer son corps et vouloir le changer. Parce qu’on aime être plus musclé, plus élancé, souple…
  • On peut pratiquer le lâcher prise et vouloir changer ses fausses croyances. Parce qu’on sait qu’on mérite de s’en détacher.
  • On peut aimer son corps au naturel et vouloir s’épiler. Parce qu’on préfère voir ses jambes lisses.
  • On peut être très gentil et vouloir apprendre à dire non. Parce qu’on sait qu’on a besoin d’imposer ses limites.
  • On peut aimer son visage nu et vouloir se maquiller. Parce qu’on aime se voir sur son 31 de temps en temps.
  • On peut être en bonne santé et essayer de l’être encore plus. Parce qu’on veut se donner tous les atouts pour vivre pleinement.
  • On peut adhérer au mouvement body positive et vouloir perdre du poids. Parce qu’on a envie de bouger plus librement.

Et vous, est-ce que vous vous acceptez ? Vous vous aimez ? Vous voulez changer ?

Laisser un commentaire

Ma newsletter

S'inscrire pour recevoir un E-book OFFERT "31 jours de bien-être" et découvrir du contenu exclusif tous les dimanches.