Déjouer ses fausses croyances

Le manque de confiance en soi est souvent nourri de fausses croyances: je ne suis bonne à rien, je ne mérite pas d’être aimé, je suis incapable de parler en publique, je ne suis pas assez… Ces croyances peuvent nous êtres inculquées pendant l’enfance via l’éducation, l’école et les proches. Mais aussi tout au longs de notre vie à travers des situations anodines du quotidien. Dans cet article je t’explique comment les repérer et les déjouer.

Qu’est ce qu’une fausse croyance ?

Une fausse croyance est par définition quelque chose que l’on croit, et qui est faux. Comme par exemple croire au père Noël quand on est enfant. Dans cet exemple précis ce n’est pas forcément une croyance qui va bouleverser notre confiance en soi bien évidemment. Mais s’il s’agit de croire qu’on est bon à rien, qu’on ne mérite pas d’être aimé ou que ce qu’on fait n’est jamais assez, là ça se complique.

Une fausse croyance peut arriver de l’extérieur. Ça peut-être quelque chose qu’un parent/patron/conjoint nous répète régulièrement. À force on fini par en être persuadé, et par l’intérioriser au point de penser que l’idée vient de nous. Imaginons un patron qui me dit que je ne suis pas assez ambitieuse car je refuse de faire énormément d’heures supplémentaires. Je vais peut-être finir par développer la fausse croyance que dans la vie, je manque d’ambition. Et cela pourra se transposer à d’autres situations comme une histoire d’amour par exemple. Je pourrai me satisfaire d’une situation qui ne me convient pas, juste parce que je suis persuadée que comme je manque d’ambition, je ne mérite pas mieux de toute façon.

Une fausse croyance peut aussi émerger de l’intérieur. Par exemple, si j’essaie de dessiner et que le résultat n’est pas à la hauteur de mes attentes, je peux en conclure que je ne sais pas dessiner. Si je décide de m’arrêter ici, la fausse croyance est née. Je finirais même par me dire que je suis nulle en dessin. Et peut-être même que penserais que je suis incapable de créer, que je ne sais rien faire de mes 10 doigts…. Mais si je persévère et que je prends des cours, je vais pouvoir apprendre à dessiner et progresser. J’aurais ainsi la croyance que je suis capable de dessiner, et même que si j’ai réussi à apprendre cette discipline, je suis capable de réussir dans plein d’autres domaines !

Identifier ses fausses croyances

Comme ce n’est pas forcément facile de mettre le doigt sur ses fausses croyances, je t’invite à te munir d’un carnet pour noter «7 défauts » que tu penses avoir (tout ce que tu n’es pas assez ou que tu es trop).

Est-ce tu penses que tu as plein de défauts mais tu ne les trouve pas là tout de suite ? Si oui, c’est que tu n’en as pas autant que tu le crois! Nos vrais défaut nous les connaissons bien et nous n’avons pas à y réfléchir longtemps. Tu es persuadé d’avoir plein de défauts mais tu ne peux pas les citer, c’est une fausse croyance.

Ou peut-être au contraire que les défauts fusent et que tu t’en trouve plein? Dans ce cas, pour chaque défaut, trouve la dernière fois que tu en as fais preuve avec certitude. Si tu n’y arrives pas facilement, si tu trouves des exemples insignifiant comme « je suis impatient parce que j’ai soupiré à la caisse du super marché », ça ne compte pas ! Tu verras qu’au final tu as très peu de vrais défauts. Tu sais, ceux sur lesquels il serait bien de se pencher pour que tu deviennes pleinement la meilleure version de toi-même. Donc tous ces défauts que tu as cités précédemment sans trouver d’exemples concrets sont des fausses croyances.

Ces fausses croyances sont les fondations de ton manque de confiance en toi. Et rien de mieux pour booster sa confiance que de s’intéresser à ses qualités !

Je t’invite donc maintenant à lister 7 qualités à côté de ta liste de défauts. Ahah ça se corse pas vrai ? Pourquoi crois-tu que tu as plus de facilité à trouver tes défauts ? N’as-tu pas confiance en tes qualités ? Est-ce que tu n’aurais pas une image biaisé de toi-même ? Celle du reflet dans le miroir des fausses croyances ? Si tu penses que tu n’arrives pas à trouver tes 7 qualités parce que tu n’en as pas beaucoup, demande à l’un de tes proches de t’aider à remplir ta liste. Ne continue pas ta lecture sans que ta liste soit pleine. J’attend. Oui même si tu n’es pas d’accord, tu notes !

Ok ta liste est pleine, on peut continuer ! Alors qu’est-ce que ça veut dire ? Pourquoi les autres te trouvent des qualités et pas toi ? Parce qu’ils te voient tel que tu es. Pas tel que toi tu te vois. Parce qu’ils n’ont pas de fausses croyances à ton égard. Ces qualités sont les tiennes. Et si tu n’y croient pas, comme pour tes défauts, réfléchis à la dernière fois que tu aurais pu en faire preuve. Ça ne sera pas si compliqué tu vas voir. Fais cet exercice régulièrement et petit à petit, ta liste de qualité va s’agrandir, ton image de toi se détordre et ta confiance augmenter.

Finalement pour vaincre ses fausses croyances il faut d’abord réussir à les identifier, vérifier leurs fondements, et les reprogrammer avec des croyances positives. Tout cela est un travail de tous les jours. Vaincre ses fausses croyances est un chemin, pas une destination. Mais ça vaut tellement le coup !

Article composé d’extraits de mon livre « Fleurir avec ses idées, manuel pratique pour concrétiser ses projets »

Laisser un commentaire

Ma newsletter

S'inscrire pour recevoir un E-book OFFERT "31 jours de bien-être" et découvrir du contenu exclusif tous les dimanches.